Le Très Bon Marché ou l’art de baisser les prix mais pas trop.

le

 

« Faut-il encore présenter les TBM, rendez-vous shopping incontournable du Bon Marché Rive Gauche ? Fidèle à chaque édition, l’événement vous propose une sélection Mode et Design à prix irrésistibles du Mercredi 9 au Samedi 26 Mars. », annonce le site du Bon Marché. Mais le terme de prix irrésistibles ne s’adresse pas à tout le monde.

Rendez-vous au TBM, le très bon marché, qui propose des soldes ne donnant pas des prix vraiment accessibles à tout le monde avec jusqu’ à -37% sur des articles aux prix plus exorbitants les uns que les autres.

Seule une élite peut se permettre de s’offrir une paire de Richelieu Fratelli Rossetti à -30% ou la lampe Pipistrello. Il faut alors réduire le prix de 200€ sur les 1050€ de base par exemple.

Des réductions pour une clientèle haut de gamme.

Les soldes de ce grand magasin, très bourgeois, en plein cœur de paris, rue de Sèvres, qui expose régulièrement de grands artistes ne vise qu’une clientèle privilégiée qui se réjouit de ces modiques réductions.

Mais en réalité qui voudrait acheter un produit de luxe à bas prix ?

Paradoxe du luxe accessible ? Le masstige

Le masstige c’est le prestige de masse, c’est donc la commercialisation de produits de luxe à des prix plus accessibles pour toucher le plus de personnes possibles. Il peut aussi faire perdre à la marque sont statut de luxe.

Le Bon Marché s’apprête-il a rejoindre les marques qui souhaitent attirer par des prix d’appel ? Probable…A tout le moins, la question se pose ! Quelle crédibilité accorder au plus vieux magasin de Paris, celui dépeint par Zola dans Au Bonheur des Dames, qui attiraient les élégantes et les dandys ? Quel crédit accorder à une enseigne pour qui le prestige n’est pas le marketing basique, de masse accordant à chacun le droit de consommer du luxe ?

La Rive Gauche n’est plus un temple du luxe mais les marchands du temple l’ont envahi aux dépens de son ancrage culturel…. Faut-il penser du BM qu’il suit finalement un mouvement qui vise simplement à développer sa clientèle par une accessibilité des produits proposés à la vente ?

Autre point qui interroge : les ventes privées sur Internet retirent une part non négligeable de clients à ces enseignes historiques… comment, de fait lutter contre une concurrence acharnée sur les marques de Luxe. Pratique, dépenser sans même se déplacer pour acheter les plus beaux produits est désormais possible !

Le TBM reste un concept très paradoxal puisque qu’il faut baisser les prix pour vendre plus mais pas trop non plus pour ne pas faire perdre de valeur au produit.

Parce que oui, si un produit de luxe devient abordable il perd toute sa valeur et les gens n’en veulent plus. Jamais content, il faut réussir à s’adapter à la demande du client : un produit de luxe, cher, mais pas trop.

 

Lou-Anna ROSSI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s