Le Prince charmant, rêve ou illusion ?

L’homme idéal existe t-il ? A t-il un signe distinctif ? Une carte d’identité ? Quelque chose qui prouve qu’il est idéalement parfait ? Jusqu’à ce jour, il semblerait que les réponses à ces interrogations soient négatives, mais peut être que nous sommes en passe de définir la typologie de l’homme parfait.

L’idée d’écrire sur ce thème vient d’une interrogation classique : « Pour toi, c’est quoi l’homme idéal ? » Tout le monde réfléchit encore sur cette question, en permanence, à chaque rencontre, à chaque rencontre.

Nous aurait-on menti ? Depuis notre plus tendre enfance, on ne cesse de nous bourrer le crâne avec cette histoire de prince charmant : il doit être beau, riche, intelligent, drôle, attentionné, vigoureux, brave, gentil et surtout avoir des cheveux mi-longs. Bon, les cheveux mi-longs, ce n’est peut-être pas la priorité, mais notons quand même que s’il fallait dessiner le portrait type du prince charmant, il serait blond aux yeux bleus avec un sourire ultra bright et un corps d’apollon. N’est pas prince charmant n’importe qui donc. Le bonheur résiderait-il dans la multiplication de ces facteurs et dans l’accumulation de stéréotypes faciles menant nécessairement à la déception, en tout cas le plus souvent.

J’ai testé pour vous, Brian, 27 ans

Me voilà en quête de l’homme parfait depuis plusieurs jours quand en rentrant chez moi, je décide de prendre un café au Starbuck du coin de ma rue. La scène est un peu kitch, mais on parle de prince charmant et les deux s’accorderont volontiers.

En me dirigeant vers la caisse, je fais tomber une pile de « touilletes à café » quand ma tête rentre en collision avec un jeune homme, qui semblait vouloir m’aider à ramasser les touillettes. Et là Bim Bada Boum, coup de foutre au Starbucks (tout de suite moins sexy qu’à Notting Hills), confettis et strapontins, qu’on amène les alliances. Brian est beau, grand et à un accent anglais. Il est avocat et porte une pochette en cuir. Alors que je me voyais déjà présenter Brian à Maman, Papa ; il m’avouera au 3ème rendez vous, être homosexuel.

On me l’avait jamais faite celle là

Faudrait-il alors revoir à la baisse nos critères de sélections ? Faudrait-il simplement réussir à sortir des stéréotypes qui enferment par prétendue obligation sociale ? Doit-on forcément rencontrer cet homme qui nous valorisera socialement auprès de nos amies ? Doit-on absolument faire en sorte de donner de nous l’image iconique que tout le monde jalousera alors qu’au final, notre vie sera sordide ?

Si on devait résumer l’homme idéal en 3 mots ? Quels seraient-ils ? Chaque femme pourrait donner une réponse différente. Chez certaines la beauté est dans l’humour, pour d’autres dans l’intelligence, la subtilité, la générosité. Pour d’autres encore cette perfection se niche dans un regard, un geste, un sourire maladroit. Le beauté, comme la vérité est ailleurs ?

La société et le prince charmant

Notre société tend à stéréotyper l’homme et la femme dans une image figée. Celle d’une couverture de magazine par exemple, qui abrite secrètement une armada de make up artists, de hair designer, et bien évident de graphistes photoshoppeurs. Car on le sait l’image de la femme et de l’homme est complètement erroné dans la plupart des journaux féminins, les hommes se voient retouchées afin de redessiner leur abdominaux ou encore de bomber leur fesses. Cette image que la société nous renvoi nous amène à nous enfermer dans un schéma type de l’homme et de la femme qui doivent être parfait et qui doivent répondre à une grande majorité de critères qui sont pour le plus souvent physiques. Ce phénomène amène un sentiments de frustration, de tristesse et de rejet de soi qui tend à dévaloriser l’homme, le vrai.

Femme + Homme parfait = message erroné

Sincèrement je vous pose la questions, mesdames, si vous aviez la possibilité de l’avoir cet « homme parfait », avec l’option « je range mes chaussettes dans la panier à linge sale » et « je sors les poubelles sans qu’on me le demande », est ce que vous vous imaginez vous réveiller le matin, le visage défait, le mascara de la veille embrassant vos cernes et votre homme se réveillant tel un Dieu Grec, sans avoir ronflé un seul instant dans la nuit, sans avoir tiré la couette et en vous proposant de faire le petit déjeuner ? Vous l’avez en tête c’est bon ? Maintenant imaginez votre vie sans vous plaindre une seconde, sans pouvoir ronchonner à outrance, bouder avec excès, quémander sans modération, sans être une emmerdeuse ? CAU-CHE-MAR. Le résultat à ce scénario catastrophe ? La femme s’auto-détruirait, ses fonctions biologiques primaires seraient soudainement interrompues, il y aurait un dysfonctionnement et court circuit qui entrainerait la disparition de l’espèce féminine.

Eh, si ça se trouve ce truc de prince charmant, c’est une invention des hommes eux mêmes pour tenter de nous sauver la vie…

#therorieducomplot #seulseuxlesavent #lesprincescharmantscestvraimenttropnul

Karen HARLE.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s